Piégés: La Tueuse

tueuse chapitre image

PIÉGÉS

Chapitre 8: La Tueuse

 

Benoit: D’ailleurs je trouve ça un peu injuste que ça soit toi le chef du groupe. Pourquoi pas quelqu’un d’autre ?

Rémi: Quelqu’un d’autre ? J’ai rien à me reprocher et ce n’est surtout pas de ma faute si presque toute notre équipe meurt.

Benoit: Ouais t’as peut-être raison mais motive un peu le groupe, tout le monde commence à perdre espoir depuis qu’on a appris la mort de Sofiane…

Rémi: Putain Sofiane…

8 HEURES PLUS TÔT

Tino: Debout tout le monde ! J’espère que vous avez bien dormis ! Djibril et Sofiane rejoignez-moi dans une heure maximum sinon vos amis seront morts. Tant qu’à vous mes chers Dettos et Notis, profitez du soleil car ce soir… Une tornade passera nous rendre visite haha !

Sofiane: Bon beh j’ai pas trop le choix hein.

Tom: Courage mec.

Clémentine: Reviens vite hein.

Chloé: Ouais on compte sur toi.

Sofiane: Je vais essayer.

Rémi: T’inquiète mec, je sais que tu vas revenir, je le sens.

Sofiane: Bah je te l’ai dis gros, j’ai vraiment pas envie de crever. Ça me fait chier pour Djibril mais si je dois le tuer je le tuerai.

Rémi: Oui je sais. Donc on se dit à toute à l’heure ?

Sofiane: *faisant un grand sourire* À toute à l’heure chef.

Sofiane marcha en direction de sa mort. Dans l’autre camp Djibril se préparait.

Djibril: Je suis sûr il est raciste ce mec.

Paul: Mais non dis pas ça. Il devait faire un choix, c’est fait. C’est trop tard pour s’énerver maintenant.

Djibril: Putain… Vas-y ça fait chier, j’ai pas envie de mourir moi.

Paul: Mais tu ne vas pas mourir, regarde depuis le début seulement deux personnes sont mortes. Je crois que de l’autre côté de l’île ils sont presque tous morts. Si on continu sur cette voie, on aura une petite chance de survivre…

Djibril: Mais si je meurs ?

Paul: Bah si tu meurs on sera tous déçus de perdre un ami.. Mais ça n’arrivera pas. Je crois en toi.

Djibril: Merci mec. Je vais y aller alors. J’espère que je ne vais pas trop vous manquer haha.

Paul: Non pas du tout haha.

Djibril: Prenez soin de Francisco hein et j’espère que l’autre taré ira mieux aussi.

Paul: *regardant la prison* Ouais… Moi aussi.

Djibril se dirigea vers la victoire. Une heure plus tard les deux sujets arrivèrent dans le lieu du crime.

Tino: Messieurs, comment allez-vous ?

Djibril: Super bien, j’adore aller jouer ma vie contre quelqu’un. C’est ma passion.

Sofiane: Salut mec.

Djibril: Salut gros…

Tino: Je vois ça, sachez qu’on a pas le choix. Soit c’est ça soit tout le monde meurt.

Sofiane: Bon beh trainons pas trop. J’ai assez d’adrénaline je ne veux pas la perdre avant de me battre.

Djibril: Te battre ?

Sofiane: Bah ouais mec, je vais pas me laisser faire.

Djibril: Moi non plus évidement mais de là à se battre, je suis pas un sauvage non plus.

Sofiane: Attends je comprends pas trop là…

Tino: Il faudrait peut-être que je dise au groupe des Dettos que ce ne sont pas des duels que vous faites ici mais plutôt des jeux… Ou alors je te laisserai le privilège de leur dire si jamais tu survis aujourd’hui.

Sofiane: Survire à quoi ?

Tino: Hehe j’allais en venir ! Aujourd’hui. Vous allez. Faire… Une partie de fléchettes !

Djibril: Des fléchettes…?

Tino: Oui ! Tout simplement haha !

Sofiane: Putain mais… Je sais pas viser bordel.

Djibril: J’aimerai te faire peur et te dire que moi si mais ce n’est pas le cas.

Tino: Derrière vous, vous verrez des fléchettes. Prenez-les.

Les deux piégés prirent les outils de mort.

Tino: Ensuite, placez-vous bien sur les croix au sol.

Ils se placèrent sur les croix. Puis le sol bougea. Il ne restait plus que deux carrés dans la salle, le sol s’était comme écroulé…

Tino: Piégés haha ! Bon j’arrête de rire comme ça, on dirait un psychopathe.

Djibril: Mais t’es un psychopathe !

Sofiane: Et on est sensés tirer où ?!

Tino: Levez la tête.

Ils levèrent la tête et virent au dessus d’eux deux cibles.

Tino: Le jeu est très simple. Visez bien et vous n’aurez aucun dégât. Par contre si vous visez pas assez haut ou vous visez à côté vous subirez d’énormes blessures. Sofiane, Djibril, bonne chance.

Djibril: Donc il faut juste tirer au dessus ?

Sofiane: On dirait.

Djibril: Bon beh bonne chance mec.

Sofiane: À toi aussi. *tire sa première fléchette* Aller !

La fléchette monta en l’air jusqu’à effleurer la cible. Elle retombait d’un coup sur Sofiane.

Sofiane: Oh merde. *fléchette qui tombe sur son pied* AH !!

Djibril: Oh putain c’est dégueulasse… Non non je veux pas faire ça.

Sofiane: *criant de douleur* Mon pied ! Ça fait mal !

Djibril: Retire-la !

Sofiane: Non je peux pas ! Putain !

Djibril: Il faut mec !

Sofiane: Lache-moi ! Joue toi aussi !

Djibril: Ok.. *prend sa fléchette, regarde vers le haut et tire*

La fléchette monta en l’air jusqu’à toucher la cible.

Djibril: J’ai touché ! Putain oui !

Sofiane: Aller je l’enlève… Un, deux et AH ! *enlève la fléchette de son pied*

Plus haut, au dessus de sa tête, la cible faisait tomber quelque chose.

Djibril: C’est une fléchette qui tombe ? Oh merde, mec attenti-

Sofiane: AH !!! Mon bras !

Une fléchette tomba de la cible de Sofiane et atterrit sur son bras gauche lui créant un trou de 3 cm.

Djibril: Je vais vomir…

Sofiane: J’ai mal maman s’il te plait aide-moi, je t’en supplie aide-moi…

Djibril: Stop je veux pas le tuer, Tino je veux arrêter !

Tino: T’es sûr ? Si c’est ton désir alors ton équipe entière mourra.

Djibril: *regarde Sofiane* Oui mais et lui ?

Tino: Il aurait pu refuser de jouer.

Sofiane: J’ai mal…

Djibril: Putain.. Je fais quoi ?

Sofiane: Je sens plus mon bras et mon pied… Au secours.

Djibril: Je… Je ne.. Je suis désolé mec.

Sofiane: Non arrête s’il te plait.

Djibril: Désolé… *prend une dernière fléchette, vise le milieu et tire*

Sofiane: Non !

La fléchette monta en l’air et toucha le milieu de la cible. Djibril, malgré lui, tua Sofiane. Un trou au milieu de la cible de ce dernier s’ouvra et lâcha une fléchette meurtrière qui atterrit sur le visage de ce pauvre Sofiane.

Djibril: Oh putain. J’en peux plus, sors-moi de là connard ! Sors-moi de là !

Tino: Adieu Sofiane. Adieu. Djibril, tu peux rejoindre ton camp à partir de.. Oh c’est une blague ? Il s’est évanoui. Décidément ils ont pas vu le pire encore. Bon, je vais mettre une lettre sur le corps de Sofiane et l’accrocher avec une liane. La lettre “R” pour lui. Par contre Djibril t’es chiant. Va falloir que je le porte lui aussi. Bon aller c’est parti, le temps va être dingue dans quelques heures.

Chez les Notis:

Paul: Alors comment il va ?

Momo: Bah écoute, il dort encore, je pense qu’on l’a bien cogné sur la tête… Enfin *pointant du doigt Botan* il l’a bien cogné.

Paul: Et Francisco ?

Nathan: Il dit qu’il ne voit toujours rien.

Paul: C’est normal, c’est l’après-choc.

Nathan: Mec, ça fait déjà un jour, normalement il aurait du récupérer sa vue depuis un bon moment, même dès le réveil.

Paul: Ah merde effectivement c’est inquiétant.

Kevin: Paul, Tino a dit qu’une tornade allait arriver.

Paul: Oui c’est vrai mais je regarde le ciel là et franchement je ne vois même pas un seul nuage.

Momo: Ça se trouve il a dit ça pour nous faire flipper.

Paul: Oui je pense que ça doit être le cas.

Botan: Non.

Nathan: Quoi non ?

Botan: Grosse tornade arriver. Nous devons construire meilleur abri.

Paul: Attends Botan, t’es sûr ?

Botan: Oui.

Nathan: Je suis désolé mec mais sur ce coup je fais plus confiance à Botan qu’à toi niveau météo.

Momo: Ouais il a l’air de bien s’y connaitre.

Nathan: Vas-y Botan, dis nous ce qu’on doit faire pour améliorer l’abri.

Kevin: *à Paul* T’en fais pas, chacun son domaine, toi tu motives le groupe, t’es là pour nous soutenir.

Paul: Ouais c’est pas grave, ils ont raison il est très doué et je pense qu’il connait mieux le terrain que n’importe qui d’autre sur cette île.

Kevin: Oui voilà et puis si jamais tu te sens inutile dis toi que moi je te kiffe. T’es comme un grand frère pour moi. J’en ai un enfin j’en avais un mais il n’est pas dans cette île et je pense que malheureusement je ne le reverrai pas.

Paul: Hein ? Dis pas ça ! Bien sûr que si tu le reverra. Il doit être en train de te chercher par tout en ce moment même. Il doit avoir qu’une hâte, c’est que tu rentres à la maison, alors donne-toi à fond pour le retrouver.

Kevin: T’as raison. Je sens que grâce à toi je vais pouvoir le retrouver.

Paul: *sourit* Bon, Botan qu’est-ce qu’on doit faire pour améliorer l’abri ?

Botan: Plus de bois et de la pierre.

Chez les Dettos:

Clémentine: Sur le corps de Djamila il y avait un “V” les gars.

Rémi: Un “V” ? Mais pourquoi ils ont tous des lettres gravés sur eux ?

Tom: Aucune idée.

Iris: C’est peut-être un code secret ?

Benoit: Un code secret ? Mais pour ?

Iris: Je sais pas, on est dans une île au beau milieu de nul part, il y a des ours du pôle Nord et des araignées venant d’Afrique, je pense que tout est possible maintenant.

Rémi: Et on a aussi une tueuse parmi nous.

Jade: Va chier bordel. C’est pas moi putain.

Rémi: Alors t’étais où aux moments des faits ?

Jade: Oh bah je faisais un Tennis avec Lina ! Je dormais, qu’est-ce que tu veux que je fasse d’autre dans cette île ?

Mathias: She was next to me.

Brad: Mathias dis qu’elle était à ses côtés.

Jade: Oui ! C’est vrai en plus, pourquoi j’y avais pas pensé ?

Benoit: T’es sûr ?

Mathias: Yeah for sure she was with me, elle était avec moi.

Benoit: Bon beh on l’a détache alors.

Rémi: Non ! Elle ment c’est sûr.

Benoit: Mec, arrête t’abuses là. On a la preuve qu’elle ne l’a pas fait. Tu veux quoi de plus.

Rémi: Je ne sais pas mais ce mec ne parle pas bien le français, si ça se trouve il ne disait pas ça comme ça…

Benoit: Ouais bah je vois pas d’autres personnes qui pourraient nous dire autre chose.

Tino: C’est pas elle qui a tué Djamila.

Tom: Oh putain !

Rémi: Tino !

Tino: Coucou *tenant le corps de Sofiane mort sur son dos* Tu dis pas bonjour à tes amis Sofiane ?

Clémentine: Oh non..

Rémi: So.. Sofiane ? Il est, il est mort ?

Tino: Je crois bien oui.

Iris: Oh c’est pas possible.

Rémi: Espèce de… Je, je vais… Je vais te tuer ! AH !!! *cours vers Tino*

Tino: Oh flemme *lache le corps de Sofiane par terre* désolé d’avance…

SLAM

Tino mit une énorme claque sur le visage de Rémi qui tomba directement par terre.

Tino: Qui d’autre ?

Tom: À deux on peut l’avoir. Benoit viens avec moi.

Tino: Allez-y, je vous attends les bras ouverts.

Tom et Benoit se dirigèrent face à Tino, Benoit commença à mettre des coups de pieds vers Tino qui lui les esquivait sans problème. Il attrapa une de ses jambes et la jeta sur Tom qui prit un coup.

Tom: Putain Benoit tu sers à rien !

Benoit: Je fais ce que je pe- *reçoit un coup sur le torse* Ah ! *s’écroule par terre* L’enfoiré il m’a niqué.

Tom: Et merde. Bon aller Tino, viens te battre.

Tino: Je préfère pas…

Tom se battit contre Tino dignement, les cours qu’il avait reçu à l’école de gendarmerie portèrent ses fruits. Il parvint même à adresser un coup de pied dans le ventre de Tino. Mais Tino en avait plus que marre et mit Tom au sol d’un crochet rapide sur la joue de ce dernier.

Tino: Bon arrêtons ce cirque. Votre ami est mort, je n’y suis pour rien. Maintenant gardez-le, creusez une tombe et priez pour lui. Relâchez la pauvre Jade ce n’est pas elle qui a tué Djamila.

Iris: C’est qui alors ?

Tino: Une autre femme. Elle n’est pas dans votre camp.

Chloé: Donc il y a quelqu’un qui est dans cette île, qui se fait passer pour un des nôtres et qui peut nous tuer à tout moment ?

Tino: En gros oui. Mais je vais aller la voir et lui dire de se calmer, sinon je vais devoir la tuer.

Rémi: *se levant* Dégage d’ici.

Tino: C’est ce que je vais faire. Ce soir la tornade sera violente, abritez-vous bien. Même si cette île veut des morts, faites un peu attention à vous quand même. Conseil aux mecs, ne m’approchez pas ou je vous tuerai, compris ? Aller à demain pour ceux qui survivront.

Tino partit dans le fond de la forêt.

Brad: Pourquoi il veut notre mort et au final il ne veut pas notre mort, que veut-il à la fin ?

Iris: Il fait peur hein.

Clémentine: Oui il avait l’air différent de nous.

Chloé: Ce mec a dû vivre dans cette île avant nous… Pour préparer notre arrivée il a dû passer des mois ici…

Rémi: Voir des années.

Chloé: Ça va toi ?

Rémi: Ouais vite fait. Il est fort le batard. Occupez-vous de Benoit et Tom je vais creuser une tombe pour… Sofiane.

Iris: La lettre “E” pour lui. On a “P, O, D, E, V, E” en tout.

Rémi: J’espère qu’elles seront les dernières lettres qu’on aura.

Jade: On peut me détacher ?

Clémentine: Ah oui merde.

De l’autre côté de l’île on améliorait l’abri ou plutôt les abris.

Paul: Donc en gros, au lieu d’en faire un gros on en fait plusieurs qui seront solides ?

Botan: Oui. Solides, gros et intimité nous aurons.

Nathan: C’est vraiment pas bête la vache.

Kevin: Regardez au fond, on dirait qu’il fait gris, noir.

Momo: Ouais c’est la tornade. Botan avait raison et Tino ne disait pas de la merde au final.

Paul: Faut qu’on se dépêche alors.

Paul, Botan, Kevin, Nathan, Momo se mirent à construire treize abris en trois heures. Botan avait eu l’idée d’assembler le bois, faire une mini porte, pas de fenêtre pour pas qu’il y ait trop de vent qui rentre le soir ni trop de soleil le jour. Autour du bois on mettrait les pierres pour protéger l’abris en bois du vent violent de ce soir. Les abris entourés de ces pierres devraient tenir place pendant la tornade tant attendue. Botan était assez fier de son travail. La prison fut par contre détruite pour avoir assez de bois afin de construire les treize abris.

Paul: On va bientôt réveiller Fabien, je pense qu’il prendra conscience de sa connerie. On va le mettre dans son abris, il lui arrivera rien ce soir normalement.

Virginie: On est là ! On est de retour.

Ines: Pour vous jouer…

Theresa: Un mauvais tour !

Julie: J’adorais Pokémon quand j’étais gamine, je loupais pas un seul épisode !

Nathan: Bah vous faisiez quoi ?

Odette: On est parties chercher des provisions pour ce soir. Botan nous l’a demandé.

Momo: Ce mec pense à tout. Paulo c’est peut-être lui qui devrait étre chef haha. Je plaisante t’en fais pas.

Paul: Haha…

Kevin: T’en fais pas, tu gères.

Paul: *clin d’oeil à Kevin* Bon les filles je vais vous demander de mettre des provisions dans chaque abris, vous ferez attention Fabien et Francisco sont déjà dedans, ne les dérangez pas.

Les filles: Ok !

Le soir commençait à tomber et chez les Dettos Jade apprenait à refaire connaissance avec la liberté.

Jade: Il se prend pour qui Rémi ?

Benoit: Bah c’est le chef.

Jade: Le chef de quoi ? Le chef des morts ? Car là oui bien, tout le monde va bien grâce à lui. Chapeau !

Benoit: Tu voudrais qu’il fasse quoi d’autre ?

Jade: Motiver le groupe ? Regarde-nous, tout le monde tire la gueule, on est presque tous morts dans ce groupe. Faut que ça s’arrête…

Benoit: *réflechit* Ouais, je sais pas…

Jade: *s’approchant de Benoit* Moi je comprends même pas pourquoi c’est lui le chef. Ça aurait pu être quelqu’un d’autre.

Benoit: *gêné* Qui ça d’autre ?

Jade: *s’approchant de son oreille* Toi. T’es grand, t’es musclé et je te trouve assez sexy. T’as une tête de leader Benoit…

Benoit: Tu trouves ?

Jade: Bah oui. Moi je pense que tu devrais aller le voir et lui dire quelque chose.

Benoit: Je… Oui t’as raison je vais aller le voir.

Jade: *sourit* Parfait.

Pendant ce temps Rémi creusait encore une fois une tombe.

Rémi: Sofiane, je suis désolé mec. Tu méritais mieux.

Benoit: Ça va mec ?

Rémi: Non… Aide-moi à porter son corps.

Benoit: S’il te plait ?

Rémi: Hein ?

Benoit: Tu pourrais dire s’il te plait.

Rémi: Tu rigoles j’espère ? Mec on a un pote à nous qui est mort, tu vas pas me faire chier car je te demande pas poliment de le porter avec moi et de le mettre dans sa tombe quand même ?

Benoit: Non mais je sais pas mec mais on dirait t’es trop stressé en ce moment et tu paniques pour un rien.

Rémi: C’est Jade aussi. Elle me rend dingue cette meuf, faut se méfier d’elle moi je dis.

Benoit: Mais tu dis trop de trucs au lieu d’agir, tu ordonnes trop pendant que la moitié du groupe meurt.

Rémi: Mais qu’est-ce que tu racontes ? 

Benoit: D’ailleurs je trouve ça un peu injuste que ça soit toi le chef du groupe. Pourquoi pas quelqu’un d’autre ?

Rémi: Quelqu’un d’autre ? J’ai rien à me reprocher et ce n’est surtout pas de ma faute si presque toute notre équipe meurt.

Benoit: Ouais t’as peut-être raison mais motive un peu le groupe, tout le monde commence à perdre espoir depuis qu’on a appris la mort de Sofiane…

Rémi: Putain Sofiane…

Benoit: Lui aussi il est mort alors qu’on pensait aller loin avec lui.

Rémi: Je l’attendais moi.

Benoit: Aller, je vais au camp, viens nous motiver avant la tornade. Sinon le chef ne sera plus le chef d’ici peu de temps.

Rémi: … *à lui même* Mais qu’est-ce qu’il raconte ?

*ZZZZKIA*

Les éclairs commençaient à se voir et à s’entendre. Le vent soufflait un peu plus qu’il y a une heure. Le soir était arrivé depuis quelques minutes et les Notis étaient tous dans leurs abris. Tous sauf une personne.

Francisco: Putain ce mal de tête… Je vois rien encore, je vais pas finir aveugle quand même ? 

Odette: Mais non.

Francisco: Hein ? C’est qui ?

Odette: C’est moi, Odette.

Francisco: Oh Odette ! Ça fait bizarre. Qu’est-ce que tu fais ici ?

Odette: J’ai peur des orages et encore plus des tornades…

Francisco: Ah.. T’en fais pas ça va bien se passer. Au pire… Je, euh, si tu veux tu peux… Comment dire, passer la nuit ici… 

Odette: Avec toi ?

Francisco: Oui enfin tu n’es pas obligée, je veux pas paraitre pour un mec qui dort pas souvent avec les fem-

Odette: Avec plaisir.

Francisco: Tu, tu veux bien ?

Odette: Bah oui.

Francisco: Wow, trop cool !

Odette: Je peux m’approcher de toi ?

Francisco: T’approcher de moi ?! Bah… Bah oui ! Viens…

Odette: Ok ! *elle s’approcha de lui* Je me sens en sécurité avec toi Francisco.

Francisco: *le coeur battant à pleine vitesse* Ah bon ?

Odette: Oui. Ça se voit que tu sais gérer ce genre de situations.

Francisco: Oh bah oui ! *il mentait* Même très souvent.

Odette: En plus sachant qu’une personne à tuer Marie, qu’elle est sur l’île et qu’elle pourrait nous tuer à n’importe quel moment… Ça me fait peur tout ça.

Francisco: Oui je comprends, mais t’es avec moi maintenant, tu ne risques rien.

Odette: C’est trop gentil Francisco.

Francisco: Odette…

Odette: Oui ?

Francisco: Est-ce que je… Est-ce que je pourrai te… Je peux te faire un bis-

Odette: Tu veux que je te suce ?

Francisco: *devenant tout rouge* Hein ?! NON ! NON ! Je ne voulais pas dire ça ! Je veux juste un bis..Oh bon sang Odette.

Odette: *baissant le pantalon de Francisco* Chut ne dis rien.

Francisco: *tremblant* Ok ok ok ok ok ok…

Odette: Laisse moi faire.

Odette se mit à faire plaisir à Francisco qui pensait passer une des plus belles soirées de sa vie.

Francisco: Oh mon dieu c’est magnifique.

Odette: *GLUPS* *s’essuyant la bouche* Francisco ?

Francisco: Oui Odette ?

Odette: C’est moi l’assassin de Marie.

Francisco: Hein ?

*SPLIT*

Odette: *enfonçant un morceau de bois tranchant sur la gorge de Francisco* J’ai tuée Marie et maintenant je suis en train de te tuer.

Francisco: *Ayant du mal à parler* Po..Pourquoi ? 

Odette: Parce que je veux que personne ne survive sur cette île à part moi et mon Tino d’amour.

Francisco fût la troisième personne à mourir chez les Notis. Odette rentra dans son abri. Djibril était dans son abri, déposé par Tino qui lui cherchait partout Odette. Pour pas prendre de risque et parce que la tornade approchait bientôt il rentra chez lui.

23h49, la tornade frappait enfin l’île.

Tino: Et c’est parti haha, que le carnage commence !

 

Liste des personnagesTous les personnages

 

                          

5
Poster un Commentaire

avatar
3 Nombre de commentaire
2 Nombre de réponse aux commentaires
3 Followers
 
Commentaire avec le plus de réaction
Commentaire le plus chaud
3 Nombre total de personnes différentes ayant commentés
AlexElFamosoBeaufSilence Personnes qui ont commentés récemment
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Silence
Abonné

Odette c’est une péripatéticienne bordel

ElFamosoBeauf
Abonné

J’approuve. (Je ne sais pas du tout ce que ça veut dire.)

Alex
Abonné

Chut ! Le silence ne parle pas sous peine de mourir

ElFamosoBeauf
Abonné

Ouais.

Alex
Abonné

Je l’avais dit que c’était une pute odette

fleche retour top page